×
×

TOUS DERRIÈRE LA CANDIDATURE DE PARIS 2024 !

La Ligue d’Île de France d’aviron et le club mantais ont profité de la régate qui a réuni plus de 3 000 rameurs les 13 et 14 mai au stade nautique de la communauté urbaine à Mantes-la-Jolie pour afficher leur soutien à la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques en 2024. Une mobilisation soutenue par les élus.

« Je suis complètement derrière la candidature de la France et j’attends la décision qui sera prise en septembre avec impatience ! », a lancé Philippe Tautou, le président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise. « Les Yvelines aussi, a ajouté Pierre Bédier, président du conseil départemental alors qu’il s’apprêtait à recevoir le groupe d’évaluation du comité olympique le 15 mai à Élancourt. Quatre sites du département pourraient accueillir des épreuves si Paris était retenu : le cyclisme sur piste au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, le cyclisme sur route sur la colline d’Élancourt, l’équitation au château de Versailles et enfin le golf national à Guyancourt où se déroulera également la Ryder Cup, un autre événement de portée mondiale, en 2018. Ce n’est pas ma seule motivation. Les JO représentent aussi une chance pour la France car c’est un vrai moment d’unité nationale. »

Deux générations de rameurs

Cette mobilisation à l’initiative du mouvement sportif et de l’aviron en particulier, a été incarnée sur le bassin mantais par des rameurs olympiques de deux générations. Christian Vandenberghe, à la tête de la ligue d’Île-de-France et vice-président de l’AS Mantaise, a eu la bonne idée d’inviter un ancien champion et un espoir actuel de la discipline.

« Les JO, c’est quelque chose d’extraordinaire, une expérience qui vous suit toute votre vie », a souligné Philippe Fauveau, chef de nage du huit tricolore à Londres en 1948 ! « L’accueil réservé aux athlètes et la communion avec le public, ce sont deux éléments qui font partie de la magie des Jeux », a confirmé Thomas Baroukh, natif du Chesnay et médaillé de bronze en quatre sans barreur à Rio en 2016.

à noter: 

Le stade nautique international à Mantes-la-Jolie, un équipement de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise, se présente comme un quadragénaire plein d’allant. Cette année, le bassin créé à l’initiative de Didier Simond sur les anciennes carrières qui ont permis la construction de logements au Val Fourré, souffle ses 40 bougies en s’affirmant comme l’un des plus importants sites du genre en Europe sur le plan de la fréquentation. « Nous attendons plus de 16 000 rameurs cette saison, c’est un record », s’enthousiasme Christian Vandenberghe. « Ce stade nautique présente un indéniable intérêt sur le plan sportif mais aussi sur celui du tourisme et même de l’économie, souligne Philippe Tautou. Ici comme sur l’ensemble du territoire, nous devons montrer l’efficacité de la communauté urbaine, donner corps à nos actions. »